Whananaki to Mardsen Point: 400km

24/10, J15 : 12 jours de marche + 3 de repos – Bivouac km356, 36km

Il a fait froid cette nuit. La foret avant Ngunguru rappelle de mauvais souvenir quand il faut a nouveau marcher dans la boue. Quand soudain je me retrouve devant un mur de 3m de terre a désescalader en m’agrippant aux racines… une grosse partie du sol a été emporte par l’érosion… je suis des traces qui partent vers la gauche, entre les arbres tombes, jusqu’au lit d’une petite rivière… et la plus rien. Il me faudra sortir le GPS et un grand moment de solitude a grimper dans la forte pente de la foret pour retrouver le sentier.
Juste avant Ngunguru, je rattrape 2 allemands qui avaient débute le trail 4 a 5 jours avant moi. Je marche avec eux parlant de nos aventures jusque la quand ils me disent que je marche trop vite pour eux… pourtant moi je suis en mode pépère, bâtons de marche replies, en mode balade et blabla avec des gens. Bon décidément je n’ai pas le même rythme que le marcheur moyen. Je les laisse donc a leur rythme…
Je fais quelques courses a Ngunguru. Le coût de la vie est exorbitant ici… déjà en grande surface mais en petite superrette c’est juste la ruine. Ca me gonfle de devoir claquer autant de tune juste pour la bouffe et etre contraint de me poser au camping souvent depuis Kerikeri ou il n’y a pas moyen d’être autant que je souhaiterai “perdu dans la nature”.
Je ferais beaucoup de km et me poserai dans un prés. La nuit venu il y a énormément de bruit d’animaux autour de la tente. Les boules Quies me permettront de dormir tranquille sans me poser de questions

25/10, J16: 13 jours de marche + 3 de repos – Bivouac a Ship Cove km387, 31km

Départ a l’aube sous un soleil magnifique après une nuit très fraîche, ou tout habille, la couverture du survie par dessus le sac de couchage ne fut pas de trop. Encore une journée avec pas mal de marche le long de routes. Je fais une pause d’une demi heure (youhou c’est la fête) en milieu d’après midi, a bord d’une plage magnifique. Une sorte de camping sauvage avec une casemate, un groupe de musique chante du rock. Un coin un peu BitNic… je me dis chouette, du rock en bords de plage, il doit bien y avoir de la bière et de jolies filles… bon il y avait bien de la bière mais pas de jolie filles. Je reprends la marche le long de la plage. Je croise 2 retraites qui me disent que la montée sur les crêtes pour atteindre Ship Cove devrait me prendre 5h… or il est 16h… Arf… du coup je prendrais un petit raccourcit qui me fera gagner 2h. Je tiens vraiment a bivouaquer sur la plage de Ship Cove. Le vent froid des derniers jours est tombe, il fait soudainement une chaleur écrasante sous le soleil. Je me rends compte que le soleil tabasse… mes oreilles en sont témoins. L’eau de la mer est couleur émeraude, on est samedi, j’arrive a une plage ou il y a quelques surfers… il faut vraiment que je me remette et me fasse un surf trip un de ces quatre.
La montée a Ship Cove et longue et éprouvante en cette fin de journée… encore plus la demi heure de descente par des escalier dans la baie… quand je pense qu’il faudra se taper la remontée demain matin.
Désespoir en arrivant a Ship Cove: Il n’y a pas de plage ou bivouaquer… seulement le tombant et la mer. Je suis obliger de bivouaquer dans la jungle… je craque et fais un joli sketche en One Man Show devant ma camera. Je dîne devant la mer et le coucher de soleil en jouant a lancer des pâtes aux mouettes qui se disputent leur bouchée. Quand je pense qu’il y a des gens devant leur TV a ce moment la… je les plaints. Il fait encore très froid cette nuit… la couverture de survie sera encore utile. Cependant de grands nuages d’altitude prennent forme, c’est signe de l’arrivée d’un front chaud, dans 1 jour ou 2 le temps devrait changer

26/10, J17: 14 jours de marche + 3 de repos – Ruakaka km409, 22km

Il fait toujours un sacre vent froid, mais cela ne m’empêche pas de garder le rythme d’une trentaine de km par jour. Dur de se retaper la montée de Ship Cove. Pire que tout, je découvre que sur la crête il y a plein de spot ou j’aurais pu poser la tente… La vue est magnifique. On est dimanche, il fait beau… il y a un monde fou sur l’eau, les gens avec des grosses voitures pour tirer leur gros bateau de pèche a moteur, pour aller attraper des gros poissons avec leurs grosses canes a pèche… si c’est pas de la compensation ça… Je repense aux Maori et a leur maison degliguees, a ceux avec qui j’ai parle, qui n’avaient plus de dents…
Ma mission c’est de traverser l’estuaire… 2km par bateau ou 2 fois 40km pour faire le tour de l’estuaire… sauf qu’il est 10h et peu de monde met son bateau a l’eau. le peu de personne de je croise ne sont pas très chaud pour me faire le taxi… c’est un peu comme pour le stop bizarrement ceux qui ont des grosses bagnoles ne te prennent jamais en stop… alors la c’est pareil pour ceux qui ont leur gros bateau et leur grosse voiture… j’ai pas écrit que tout ceux qui ont une grosse bagnole et/ou un gros bateau sont de gros cons… non je ne l’ai pas écrit.
A midi je suis devant Mardsen Point la seule raffinerie du pays, la juste en face et je n’ai aucun moyen de traverser. Je déprime un peu et maudit le trace du trail. Je me pause pour manger un bout. Je refais mon sac et m’apprête a rejoindre la route pour desesperement faire du stop lorsqu’un petit bateau a moteur approche de la cote. C’est ma chance, je m’approche du bateau les pieds dans l’eau jusqu’au genoux afin d’interpeller les gens a bords avant qu’ils ne fassent leur manœuvre d’abordage. C’est un père et sa fille qui rentrent de la pèche. Ouf… ils me prennent a bord pour traverser.

Une fois debarque de l’autre cote a la marina, on m’interpelle d’une voiture et me voila a discuter avec un couple pendant une demi-heure quand soudainement la nana me dit: “Tu n’etais pas au camping de Whananaki il y a quelques jours, je crois bien que je t’ai vu sur Facebook sur la page du camping…. j’hallucine.

En fin de journee j’arrive devant l’estuaire d’une riviere a traverser avant d’arriver au camping de Ruakaka. Je decide de faire les 800 derniers metres pieds nus. J’enleve les chaussettes et traverse…

Mais voici l’affaire des chaussettes… pour l’article suivant

Pour les photos rendez-vous sur la page Facebook en cliquant sur le lien de ce texte (Link to the pictures on the Facebook Page)

The climb up to the hills to reach peach cove is much longer than expected. km376 is a very nice place to camp, up the stream, on the rightm once you reach the beach. There is no place to camp on the beach at peach cove. It is a very long way down in the evening and a hard way up the next morning. If i could do it again i would have plent the tent on one of these multiple grassy spots on the to of the hills, on the crest… and not in peach cove jungle.

*Very hard to find a boat to cross to Mardsen Point, even if it was a sunny sunday morningm people were reluctant to lift me from Urquarts Bay (to far). Walk to McLeods Bay, just in front of the refinery and the marina, and jump on every coming boat you will see. Forget the contacts on TA notes, one is not in the area anymore, the other one is expensive. Just believe to your star…

And i have to insist really on the fact that:
ALL THE PEOPLE I MET ALL ALONG THE TRAIL ARE SO NICE AND FRIENDLY PEOPLE…
Go ask, meet, talk to the people you cross on your way.

Hope it will not rain to much tomorrow…. I may reach Auckland within 10 days

Advertisements

One thought on “Whananaki to Mardsen Point: 400km

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: