Via Alpina: St Bernard – Névache

Jour 17:

De St Rhémy, je passe le col pour rejoindre la vallée d’Aoste, je bivouaque sur d”anciennes terrasses agricoles, à proximité d’un petit canal d’irrigation que dessus d’Avise.

Jour 18:

Pas de dénivelés, je file comme un bolide vers Valtournenche en espérant ravitailler, malheureusement le petit commerce n’ouvre qu’à 15h, il est 13h… tant pis, ça sera spartiate ce soir, et que dalle demain matin. Mais vu l’heure, je vais pouvoir passer le col qui fait frontière entre la France et l’Italie avant ce soir et demain j’aurais de quoi ravitailler à St Foy en Tarentaise. Je risque de m’envoler en passant le col du mont. Coté Italien, c’est totalement bouché dans les nuages, coté Français, à une centaine de mètres sous le col, c’est grand soleil… les nuages se déchirent et disparaissent dans de grands tourbillons, les rafales de vent sont vraiment fortes. Je poserai le bivouac a l’abri du mur d’une prise d’eau EDF


Jour 19:
J’arrive à 8h30 à St Foy en Tarentaise, j’ai quitté le sentier pour aller ravitailler dans ce petit village. Une fois approvisionner pour 2 ou 3 jours, je me rends compte qu’il n’y a pas de sentiers dans ce fond de vallée. Impossible d’aller vers Tignes ou Val d’Isère par le fond de vallée, il me faudrait remonter tout ce que j’ai descendu ce matin…
La seul option c’est cette route… mais cette départementale est bien trop fréquenté et dangereuse pour y marcher le long… l’arrêt de bus indique un bus le soir et un le matin… mais l’horaire du bus du matin est déjà passé… tant pis, je tend le pouce…
Une voiture s’arrête, le chauffeur monte à Val d’Isère… il me propose de m’y déposer ou bien de me jeter à Tigne le Lac… cependant il m’annonce que la météo m’annonce une très forte dégradation pour l’après midi avec des cumuls de pluie très important…
J’ai le choix entre le GR55 qui traverse la Vanoise, que j’ai déjà emprunté lors de ma traversée de Alpe, ou la portion du GR5 qui passe ou dessus du lac de Tigne, par Val d’Isère pour ensuite franchir le col de l’Iseran. Je ne suis jamais encore passé par là, ça sera ma route… d’autant plus que si la météo devient vraiment méchante, je serais peut etre mieux en vallée après passé l’Iseran qu’en altitude dans la Vanoise.

De Val d’Isère, la monté au col de l’Iseran est très raide sur sa première partie, une fois arrivé sur les pistes de ski, le temps se gatte, il pleut…. plus je me rapproche du col, plus le vent et la pluie forcissent et plus il fait froid…. J’ai la totale, même les gants… Au col, le vent est terrible, j’ai froid. Même les gants sont trempés, le vent refroidit encore plus le bonhomme tout mouillé, même a travers la veste de pluie, je ressens le froid…. Je décide de ne pas m’attarder au col, et descend le plus vite possible

Il pleuvra sans discontinuité jusque Bonneval sur Arc… dans l’après midi, le ciel se découvre enfin… il me faudra un sacré bout de temps pour me réchauffer, bien qu’en fond de vallée, bien qu’au soleil, et bien qu’en marchant avec plusieurs couches de vêtements….

Je trouverai un endroit sympa ou bivouaquer après Bessans… Je dois être à 30 ou 35km de Modane… je pense que j’y serais demain soir

Jour 20:

Partit très tôt, j’enchaine les kilomètres. J’arrive à Modane en début d’après midi et décide de continuer vers Valfréjus… Vers 17h j’attaque la montée dans les alpages vers le col de la vallée étroite. Je passe le col vers 19h… un vent froid souffle très fort du nord et je cherche un endroit abrité ou planté la tente… A force de ne pas trouver où me protéger du vent, ce n’est qu’à 20h que je plante la tente… j’ai longtemps hésité….
Je dois être à une heure des granges de la vallée étroite, desquelles en 2h à mon avis je serais sur le plateau des Thures, une dernière heure suffirait pour arriver à destination à Névache et passer la nuit au chaud dans un lit…

Je connais le sentier comme ma poche à partir d’ici, c’est en plus la pleine lune et le ciel est dégagé, ça pourrait etre super sympa de finir à la nuit à la frontale….

L’idée m’enchante, mais le corps n’est pas d’accord… Je suis partir vers 6h/6h30 ce matin…. j’ai marché à un rythme élevé et sans discontinuité … il est 20h…. J’ai marché au moins 40km… sur des pistes, des chemins caillouteux et de la route… le pire pour les pieds…. mes plantes de pieds n’en peuvent plus… non pas à cause de frottement dans la chaussure mais du simple fait d’être debout, de comprimer la plante des pieds sous mon propre poids est douloureux.

Tant pis, la rando à la frontale, de nuit, sous la pleine lune, ça sera pour une prochaine fois.

Jour 21:

En 4h j’arrive à Névache, fin de l’aventure…. un bon bin chaud fera le plus grand bien

Les photos ici

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: